「 East Gate DVD 」 East Gate Toluenes

Publié le par Epikt



Sans vraiment se mouiller il était facile de prévoir que la rencontre entre Yamamoto Hisato – guitariste fou furieux – et Togawa Jun – chanteuse aussi protéiforme que géniale – donnerait lieu à un résultat étonnant et diablement excitant, mais on a beau être confiant on en est pas moins content lorsque l’objet devant les yeux et sur les oreilles on ne peut que constater qu’on avait raison.

Les deux compères se baptisèrent donc East Gate Toluenes (« Higashiguchi Toluenes » si on tient vraiment à le prononcer à la sauce sushi et à n’être compris de personne). Pas d’album mais une série de concerts début 2005 dans un certain nombre de clubs, de bars et de caves, parfois pas bien grands d’ailleurs. Et c’est sans doute dans le plus grand d’entre eux (disons qu’il a des rails au plafond pour y placer des spots), le Basement Bar à Tokyo que ce joli DVD a été enregistré, avec de temps à autre (très rarement) quelques images empruntées à d’autres concerts de la tournée.

Yamamoto commence le concert seul avec deux classiques de l’oeuvre de Togawa, ‘Virgin Blues’ (une reprise en fait) et ‘Teinen pushiganga’, qu’il interprète avec son style si particulier : grands beuglements, gestuelle outrancière et guitare martyrisée dont les cordes sont à la limite du claquage à chaque coup de médiator (et en effet, plus tard dans le concert l’interprétation de ‘Namakemono’ s’achève lorsque l’une d’entre elles rompt). Puis débarque enfin Togawa, comme d’habitude habillée avec un goût des plus douteux (ce soir elle est en mode grand-mère, avec des robes qu’on penserait taillées dans des chutes de rideaux des années 50)(les plus observateurs auront remarqué qu’avec ça elle ose porter des tennis, la classe), qui assure pour la suite du concert la plus grande part du chant.
A l’exception de l’« hymne » du groupe (une variation sur le générique du dessin animé Samurai Giants) composé spécialement pour l’occasion, les morceaux interprétés sont des reprises, la grande majorité venant du répertoire de Togawa : aussi bien les Yapoos (‘Hysteria’) que Guernica (‘Suzhou yoru kyoku’), ainsi que des oeuvres d’autres artistes qu’elle a déjà reprises par le passé (‘Preach’, morceau de Phew). Voilà qui comble le fanboy qui sommeille en moi – c’est vrai quoi, c’est surtout pour elle que j’ai acheté ce DVD.

Tout de même, curieuse orientation que celle prise ces dix (pour être large) dernières années par la carrière de Togawa Jun. J’irai pas jusqu’à dire qu’il y a vingt ans elle déplaçait les foules et remplissait les stades mais elle avait quand même son petit succès, auquel elle semble avoir tourné le dos au passage du XXIe siècle, vivant sans doute mieux de la vente de ses best-of et des rééditions DVD de ses concerts des années 80s que de ses réalisations récentes, fort peu nombreuses tout d’abord, déstabilisantes enfin. Il fallait voir lors de la reformation des Yapoos au début des années 2000 (reformation qui ressemble plus à un suicide artistique qu’à autre chose) la mère Togawa habillée en lolita à quarante ans passés, reprenant ses anciens tubes sur fond de punk technoïde avec le pied sur le caisson de retour et la voix gutturale d’un chanteur de death metal. J’irai pas jusqu’à y voir une démarche d’autodestruction, mais il y a probablement chez elle la volonté de rompre avec une certaine image d’elle-même et de jeter un regard renouvelé sur son oeuvre.
Et à ce jour c’est sans aucun doute East Gate Toluenes qui lui a le mieux permis cette remise en perspective, en particulier grâce au regard de Yamamoto qui a sélectionné l’intégralité des morceaux jouer par leur duo. Du sang neuf quoi.

Cela ne signifie pas pour autant que ces chansons ayant l’honneur d’une reprise par le duo soient systématiquement atomisées par la guitare furieuse de Yamamoto et Togawa partant dans ses délires vocaux. Bien entendu, certaines ont droit à ce genre de traitement – ‘Kachiku kaikyo’ (extrait de l’album Kyokuto ian shoka) par exemple, excellente interprétation d’ailleurs, pour la première chantée par Togawa sur le DVD ça met tout de suite dans l’ambiance – mais c’est loin d’être le cas de toutes. Il en est ainsi de ‘Hysteria’, un de mes morceaux préférés des Yapoos, qui est ici repris dans une version très épurée (exit synthés et percussion typiques du groupe), carrément poignante même ! Idem du grand classique ‘Mushi no onna’ que pris dans l’ambiance parfois folle furieuse de la performance on aurait bien imaginée jouée dans sa variante « punk », mais qui l’est tout en douceur.

En voilà donc un DVD qu’il est intéressant !
Indispensable même je dirais, à tout fan de Togawa Jun en tout cas. Une nouvelle preuve que si sa discographie des débuts 2000 est rarement mise en avant elle n’en est pas moins excellente, et le regard qu’elle peut porter sur son oeuvre est passionnant ! Sans oublier que (ce qui est d’autant plus intéressant) cette remise en perspective permise par East Gate Toluenes s’accompagne par ailleurs d’un vrai renouvellement dans son oeuvre, avec des albums comme Togawa Fiction ou 20th Jun Togawa (voire même avec, même si elle n’y est que chanteuse, le très bon Good Girls get fed, bad Girls get eaten de Tricomi).
Juste dommage qu’elle n’ait plus rien enregistré depuis...



‘Preach’



East Gate DVD (東口DVD)
de East Gate Toluenes (東口トルエンズ)
DVD live
17 pistes (~72 min)
Sortie : nov. 2005 (Teichiku Entertainement)
Genre : folk, punk acoustique

PS : bonne chose, le DVD propose les traductions en anglais des paroles des chansons, histoire que (dans une certaine mesure) le non-nippophone puisse apprécier combien celles-ci sont le plus souvent complètement démentes.

Edit : plus de vidéos

Publié dans vidéo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vale 03/08/2015 23:16

Salut je squatte de temps en temps la page facebook de jun togawa et je ne comprends rien au japonais.. Elle se produit toujours en live ?

yumenokatachi 03/12/2009 22:53


Elle a une tête de prostituée attardée qui aurait vidé une bouteille avant de monter sur scène.. J'aime. Je plains les gens dans la salle. Mais j'aime. Merci.


Ananda 26/02/2009 19:18

Ca ne marche plus entre ns depuis que cette routine mortelle s'est installée :(En ts cas tu me connais comme si tu m'avais fait paske c'est en substance ce que ça voulait dire.

Ananda 26/02/2009 15:36

C'est fascinemment pénible. J'ai regardé jusqu'à la fin malgré le fait qu'il n'y ait pas plus de 2 notes justes. Et je suis généreux. J'imagine ce que tu répondras à ça, alors ne te donne pas cette peine ^^Donc encore extrêmement partagé (difficile de l'être plus, mes sentiments sont complètement contraires).

Epikt 26/02/2009 19:06


> " J'imagine ce que tu répondras à ça "
Hum... laisse moi deviner...

Epikt - "Y a rien de plus chiant qu'une chanteuse qui chante juste."
Ananda - "Pas forcément faux. Ni forcément vrai du reste."

:P